dimension :
support :
Superbe huile sur toile grand format de 100 cm x 81 cm (40F), période XX ème.
Tableau signé et daté 1971 «GOLDKORN GEORGES »
Tableau en très bon état.



Peintre référencé Bénézit
GOLDKORN ou Gold-Korn (Georges), peintre, né le 3 avril 1905 en Pologne, de nationalité française, mort le 23 juillet 1977. Il a été l’élève d’Opsomer à Anvers, où il expose dès 1936, alors que sa première exposition avait déjà eu lieu à Varsovie en 1932. Venu ensuite en France, il expose à Paris et Lyon, et participe au Salon d’Automne, puis, après la guerre, au Salon de Mai et au Salon Comparaisons. Il a d’abord été influencé par la construction cubiste et également par Matisse, ce qui le conduisait à une figuration de tendance expressionniste assez habituelle à cette époque. Il a par la suite évolué vers l’abstraction où il a surtout privilégié les rythmes qu’il traitait en grands plans verticaux d’abord, puis, à partir de 1959, en plans horizontaux. En 1956, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles lui a consacré une exposition.

Georges Goldkorn grandit dans une famille hassidique et poursuit ses études religieuses jusqu’à l’âge de 15 ans sur les bancs d’une Yechiva.
Puis, il quitte l’école talmudique, entre au lycée et après le baccalauréat, sur les conseils du peintre expressionniste Henryk Gottlieb, il se présente, malgré l’opposition de ses parents, à l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie.

En 1927, le jeune Goldkorn entre à l’Académie Royale de Bruxelles. Un an plus tard, il suit l’enseignement des professeurs Isidore Opsomer et Rik Wooters à l’institut Supérieur des Beaux-Arts d’Anvers.

En 1940, l’invasion de la Belgique l’exile vers la France où il s’installe définitivement. Il sera naturalisé français en 1947. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s’engage dans l’armée polonaise et sera interné dans le camp de Gurs. Goldkorn s’évade et rejoint la Résistance à Lyon. A la fin de la guerre, Goldkorn vit à Paris. Peintre figuratif jusqu’alors, il rompt définitivement avec le réel en 1955.

En 1956, Goldkorn réalise dix huit eaux-fortes et neuf bois gravés pour “Image de Sefarad”, manuel historique sur le judaïsme espagnol préfacé par Jean Cassou et Cécil Roth paru aux éditions Caractères. Ses illustrations pour “Philon d’Alexandrie”sont publiées aux éditions Marcel Bruker en 1962.